Deux petits pas sur le sable mouillé

ptits-pas

Titre : Deux petits pas sur le sable mouillé

Auteur: Anne-Dauphine Julliand

Éditeur: J’ai lu

Genre: Témoignage, Biographie.

Pages: 249

 

 

Résumé

Le jour des deux ans de Thaïs, Anne-Dauphine Julliand apprend que sa fille est atteinte d’un mal incurable. Son récit bouleversant raconte le combat d’une famille et de son entourage, émouvant réseau solidaire, tous unis pour une cause magnifique: rendre les courtes années de Thaïs aussi belles que possible.

 Mon avis

J’aime beaucoup les témoignages. Ils sont poignants et nous aident à réfléchir sur la vie. Le titre de celui ci m’a attiré… et le résumé conquise. Il fallait que je connaisse moi aussi l’histoire de Thaïs, son combat et celui de sa famille dont sa maman qui est la narratrice du livre.

Anne Dauphine Julliand commence très fort ce livre puisqu’elle nous livre sa réaction lorsqu’on lui annonce que Thaïs, sa petite fille de 2ans, est atteinte  d’une maladie génétique orpheline. Son nom ? je ne l’écrirai pas c’est un terme barbare et incompréhensible. Mais qu’arrive t’il à Thaïs ? tout commence par une démarche étrange, un pied qui tourne vers l’intérieur… pour aboutir à cet horrible constat : Thaïs qui vient de fêter ses 2ans n’a plus que quelques mois à vivre. Sa maladie va, en résumé, lui reprendre tout ce qu’elle a appris, autrement dit la marche, les mots, la position assise…tout jusqu’au cinq sens, avant qu’un organe vital ne soit atteint.

Bien sur c’est terrible et beaucoup de douleur nous est transmise par la lecture de cet ouvrage. Car, dés lors, nous allons suivre le quotidien de cette petite, et  traverser avec elle tous les moments, les bons comme les mauvais. On ressent un amour extraordinaire des parents à leur enfant. Ils ont décidés « d’ajouter de la vie aux jours » de Thaïs car ils ne peuvent pas ajouter des jours à sa vie.  Une autre citation m’a beaucoup marquée : « Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour. » Et c’est vrai. Thaïs connaît la vie la plus belle qu’elle peut avoir dans les conditions de sa maladie. Elle se bat et ses sourires sont autant de récompenses pour ses parents.

Et autour de Thaïs il n’y a que douceur, amour et finalement, bonheur. Oui ceux qui la verront ne pourront pas être anéantis ou terrassés de douleur. Sa maman nous l’explique dans le livre, et j’ai été surprise de pleurer mais pas énormément. Pourtant je pleure vite, mais ce témoignage, c’est beau… Thaïs donne malgré les apparences, elle donne autant qu’elle reçoit. C’est magnifique et ce jusqu’aux derniers instants. Partager chagrin, joie, coups durs, sourires, tout ce que vivent les parents est quelque chose de très fort même à travers un livre. 

Il faut savoir que la famille ne comporte pas que les parents et la petite Thaïs. Non. Elle a un grand frère Gaspard, à qui les parents expliqueront la réalité et dont les jeux avec sa soeur sont juste adorables. Ensuite il y a Azylis. Plus petite que les deux autres, elle est malheureusement elle aussiatteinte de la même maladie que sa soeur… nous allons la suivre aussi.

On ne peut lire et refermer ce livre sans tristesse, un certain soulagement, des émotions étranges qui nous entraînent et je n’ai pu m’empêcher de dire : Quelle histoire !  Et de faire des recherches… vraiment impossible d’en ressortir sans rien comme ça, non. C’est trop poignant. Thaïs, je ne l’ai jamais vu, ni connue, mais cette petite à eu la vie la plus belle possible et j’ai eu l’impression d’être près d’elle pendant ma lecture. L’auteur nous intègre vraiment bien. N’oubliez pas vos mouchoirs mais dites vous que comme tous ceux qui ont vu Thaïs vous ne vous sentirez pas anéantis ou détruits, non. C’est autre chose d’unique… avec tout l’amour possible.

Pour finir, Je place le lien officiel de ce livre, et vous pourrez retrouver le second livre de cette maman, tout aussi beau, que j’ai lu aussi, et qui conte davantage la vie d’ Azylis, de Gaspard et d’Arthur, petit dernier, à partir de ressentis de Anne Dauphine Julliand, qui, le jour où Thaïs devait avoir 8ans, se souvient…

Publicités

3 réflexions sur “Deux petits pas sur le sable mouillé

  1. Pingback: Throwback Thursday #9 | refuge littéraire

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s