Je suis sa fille

_xU0UYoIe6iA6AkKu2jMf1wo6A8Titre: Je suis sa fille

Auteur: Benoit Minville

Éditeur: Sarbacane (Exprim’)

Genre: réaliste

Pages: 253

 

 

Résumé

C’est l’histoire de Joan, qui a été élevée par son père sur fond de hard rock et de westerns. C’est l’histoire du père de Joan, un visage de plus écrasé par le Grand Capital. C’est l’histoire de Hugo, le meilleur ami de Joan, qui décide de l’accompagner pour quand elle hurle : Il faut que ça change ! Je veux que ça s’arrête ! On va tuer le Grand Patron ! Deux ados embarqués dans un road-trip ébouriffant, sur la N7 direction Nice… Ils ne savent pas ce qui les attend. L’aventure. L’amour. Les rencontres. Fuck la crise, vive la vie

Mon avis

Cette couverture nous présente Joan j’imagine. Pas très parlante mais c’est davantage le résumé qui m’a attiré. Une relation père/fille, une aventure qui promettait d’être spectaculaire… bref le top.

Sauf que voilà. Je sais que beaucoup ont adoré ce livre, hélas avec moi ça n’a pas été le grand amour. J’ai trouvé beaucoup de longueurs inutiles, des moments de pur ennui et qui n’apportent rien à l’histoire… Ce roman est court mais il est surtout lent. De mon avis hein. Je ne voyais jamais la fin arriver. J’ai mis du temps à le lire du coup. Mais stoppons là le négatif que je vous présente cette oeuvre.

Joan vit avec son père, sa mère étant très loin. Ils sont très proches et vivent une sorte de routine très belle entre père et fille. Seulement voilà, tout dérape. Le chômage, puis la dépression et finalement une sorte d’appel au secours du père qui va se terminer bien mal puisqu’il va se retrouver entre la vie et la mort. Là, Joan vire au rouge et appelle à la vengeance. Et c’est avec son meilleur ami Hugo qu’elle se lance dans la folle aventure d’éliminer celui qu’elle juge responsable de l’état de son père.

Seulement voilà. En théorie c’est simple, on prend une arme, on vise et c’est finit. Mais en pratique… il y a beaucoup de questions et de doutes. D’où les arrêts fréquents de nos aventuriers et l’humour de Hugo qui ferait n’importe quoi pour aider son amie. On abeaucoup de mini flash back dans lesquels Joan se souvient de discussions avec son père. De chansons également. Cela attise sa rage mais en même temps… elle hésite sur sa capacité à réaliser ce qu’elle souhaite et sur son droit de le faire. L’avis de son père compte énormément pour elle et elle veut le rendre fier.

Dans les grandes lignes c’est plutôt bien fait. Un raisonnement du début à la fin du livre sur l’hésitation de Joan qui se demande si c’est juste ce qu’elle fait, si son père le voudrait, si elle y arrivera,… Tout tourne autour de ces questionnements. Sauf que, le temps d’aller jusque Nice, ils ont décidé de profiter de la vie. Surtout Hugo car Joan a du mal. Le jeune homme cherche à faire comprendre quelque chose à Joan. Pour cela il va multiplier les arrêts, les vannes et les phases sérieuses. C’est un ami comme chacun aimerait. Joan elle, part au quart de tour. Caractère bien trempé elle est pourtant réservée et n’a que peu d’amis.

Et voilà, je n’ai pas pu m’attacher à Joan, je n’ai pas réussi. Ni même a Hugo même s’il m’a fait rire. Et si le but ultime est de faire réfléchit Joan, c’est tout de même long, et ça part dans tous les sens. Profit de la vie, ras le bol de tout. Je n’ai pas compris l’utilité de pas mal de passages, j’aurais préféré davantage de sérieux également. Des discussions plus franches par exemple. Cependant le contexte est une très bonne idée et je suis contente que beaucoup l’ai apprécié.

En résumé, un livre qui se laisse lire mais auquel je n’ai pas adhéré. Un potentiel de mon avis peu exploité.

 

Je suis sa fille

Publicités

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s