Avant la haine

2GNqrB9Nls_Qf9QU3swRI8VNpN4@164x249Titre: Avant la haine

Auteur: Thierry Cohen

Éditeur: Flammarion

Parution: Novembre 2015

Genre: Drame/ Tranche de vie

Pages: 656

Résumé

Deux enfants, un juif, un musulman, deviennent amis.

ils grandissent, apprennent, se découvrent, s’intègrent. Ils ont des rêves, des espoirs, des luttes communes. Des amours aussi. Puis apparaissent les fissures, naissent les désaccords, s’expriment les ressentiments, s’insinue la violence.

Jusqu’où ?
Jusqu’à la haine ?
Avant, Raphaël et Mounir se voyaient comme des frères.
Peuvent-ils renouer avec l’amitié dont ils étaient si fiers… ou bien est-il déjà trop tard ?

Mon Avis

Avant la haine, est un roman bien différent de ce qu’écrit habituellement Thierry Cohen. Ne connaissant absolument pas ses livres, pour ma part c’est le titre qui m’a attiré ainsi que la petite phrase accrocheuse du dessous. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue de ma découverte.

Nous sommes devant un roman à double narrateur puisque tour à tour, Mounir et Raphaël viendront nous conter leur version des faits, leurs ressentis et leur part de vécu. J’ai beaucoup apprécié ce procédé qui nous permet de vite nous rendre compte que deux personnes ne vivent pas un événement de la même manière, et que ce qui marque l’une peut tout à fait échapper à l’autre. L’humanité en somme, les différences qui font de nous des êtres uniques.

Au niveau scénario nous allons donc apprendre à connaître deux enfants, qui deviennent amis de part leurs ressemblances. Ils sont tous deux marocains d’origine. L’un est juif, l’autre est musulman. Des étrangers dans ce monde français au pensées étriquées qui ne veut pas toujours d’eux. Ils vont faire de leur relation une force contre le racisme, la méchanceté des adultes, et l’injustice. Ils grandissent ainsi, s’entourant d’autres jeunes et même quelques français plus ouverts que les autres. Néanmoins un déménagement va commencer à les séparer, tout comme l’orientation scolaire plus tard. Parfois des semaines, des mois passent sans qu’ils ne se revoient. Mais l’amitié est réellement puissante entre eux.

Seulement… si nos deux amis ont beaucoup de points communs et sont ouverts d’esprit, il n’en reste pas moins qu‘ils font partie de deux « peuples » différents. L’un est arabe, l’autre juif. Et si des dissension apparaissent au niveau national voire même international entre ces peuples, ils ne pourront empêcher de voir ces événements rejaillir sur leurs proches, sur eux meme. Jusqu’où cela peut il aller ? C’est bien la question que l’on se pose…

Pour ce qui est des personnages, nos protagonistes sont très attachants. Raphaël est juif, né de parents immigrés. Il essaie de se fondre dans la masse, de devenir Français comme il le dit. Seulement entre les insultes quant à sa religion, ou son statut d’étranger ce n’est pas simple. Je l’ai cru timide et plutôt renfermé mais en fait il a soif de justice, et bien plus courageux que je ne l’imaginais. Sa famille est tantôt pratiquante tantôt non, et c’est plutôt lui qui va se demander réellement qui il est, tant au niveau de son appartenance à un peuple, qu’à la religion.

Mounir lui, est musulman. Il débarque en France après avoir vécu ses premières années au maroc. Il en a des souvenirs. Pour tout les autres c’est un arabe. peu importe du pays qu’il vient, et de ce qu’il fait, c’est un arabe donc un possible fauteur de trouble. Là aussi le racisme est énorme et Mounir, plutôt fonceur va refréner ses ardeurs et gagner beaucoup en sagesse en grandissant, tout en cherchant à s’intégrer et défendre les siens, faire comprendre qu’un arabe n’est pas foncièrement mauvais, qu’ils ne sont pas tous d’accord,… un vrai casse tête.

J’ai trouvé ce roman admirable, car on pourrait penser que tout va tourner autour des religions, que des longueurs vont s’enchaîner mais non. Bien sur que le sujet est abordé et plus d’une fois puisque la façon de vivre des deux jeunes est influencé par la religion. Mais avant tout, il est parlé de deux peuples dont il existe des représentants dans énormément de pays. Or ils sont tous différents. Mais bien trop souvent tout est généralisé. Et ce sont des jeunes qui n’ont rien à voir avec ce qu’il peut se passer aux actualités qui prennent pour des actions avec lesquelles ils ne sont même pas forcément d’accord. Car si certains soutiennent la cause de leurs frères d’autres pays, ce n’est pas le cas de tous. Raphaël et Mounir sont tous les deux passés par un long questionnement de ce coté là. Doivent ils sous prétexte d’appartenir à un même peuple, avoir les même opinions que d’autres qui vivent à des milliers de kilomètres ?  En tout cas ils en subissent les conséquences..

J’ai beaucoup appris sur la difficultés des autres à s’intégrer socialement, surtout les étrangers. Sur le racisme et le regard des autres. J’ai trouvé très triste mais aussi incroyablement réalistes les visions des deux jeunes garçons, leur façon de grandir et leurs choix. Voici un livre puissant qui fait réfléchir, qui invite chacun à se mettre à la place de son voisin et à connaître avant de juger. Très bien écrit, il ne nous permet pas l’ennui. J’ai été captivée du début à la fin et si ce n’est pas un coup de coeur, c’est une oeuvre magnifique que je peux recommander à tous sans aucun problème.

Avant la haine

Publicités

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s