Au pays de l’ailleurs

 

14470485_10153853391730969_1987160132565066996_n

Titre: Au pays de l’ailleurs

Auteur: Tahereh Mafi

Éditeur: Michel Lafon

Parution:  13/10/16

Genre: Fantasy

 

4ème de couverture

« Il était une fois une petite fille délaissée… »

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood, ce monde éclatant où les couleurs sont révélatrices d’un don magique. L’incolore jeune fille de douze ans n’a donc apparemment aucun intérêt, et les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi, lorsque Oliver lui propose de l’aider à chercher son père, la seule personne qui a toujours cru en elle, Alice accepte. Même si le garçon est son ancien ennemi de classe et que son talent consiste à tromper son monde. Même si, pour retrouver celui qui a disparu trois ans plus tôt, ils devront explorer le dangereux pays de l’Ailleurs… Un endroit où rien n’est ce que l’on croit, et où les pièges pullulent. Un endroit où ils trouveront peut-être plus que ce qu’ils sont venus y chercher.

Mon Avis

Merci aux éditions Michel Lafon pour ce SP si… particulier. Car si la couverture et le résumé sont attirants, je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai pu lire…

Alice, notre héroïne est une jeune fille de 12 ans, vivant à Ferenwood. Là bas les couleurs sont reines et annonciatrices de magie. Mais Alice est incolore. Blanche. Et n’a apparemment aucun talent particulier. Du moins en apparence. Elle est donc mise de coté par la société bien que ça ne soit pas flagrant. Pour moi elle est simplement invisible aux yeux des autres. Alice rêve de retrouver son père qui a disparu quelques années plus tôt. Il est parti dans le pays de l’Ailleurs… pour ne jamais en revenir. C’est donc la quête que va se confier cette jeune dame, même si pour cela elle doit pactiser avec un ancien ennemi et franchir des obstacles incroyables.

Dit comme ça, tout paraît très simple. Et pourtant… l’intrigue se dévoile réellement lorsque Alice et Oliver partent pour le pays de l’Ailleurs. Cet endroit m’a fait penser au livre « le petit prince« . En effet, l’Ailleurs est composé de… villages ou ville, bref d’espaces très particuliers. Par exemple : Des portes sont posées au milieu de nul part, il faut une règle remplie de temps pour se balader en Ailleurs, on ne peut entrer et rester que de nuit dans un certain village,… et encore je vous passe les choses les plus ahurissantes. En fait, il faut se préparer à oublier toute loi de la physique, tout ce que nous prenons pour acquis. C’est assez sympathique de découvrir un pays aussi étrange, bien que parfois un peu tiré par les cheveux. La visite est par contre animée puisque le danger est partout. Un seul faux pas et vous risquez la prison, la perte d’un membre, ou plus simplement, votre mort. Et c’est dans ce véritable bazar qu’Oliver et Alice doivent trouver le père de cette dernière…

Justement, évoquons quelque peu les personnages. Il y en a très peu que vous retiendrez à long terme. Et finalement les héros sont peu entourés. Alice possède un caractère bien trempé, ne dit pas forcément tout mais n’en pense pas moins. Elle veut vivre à sa façon et être acceptée de tous. Trouver son père c’est ramener celui qui l’aimait le plus et la joie dans sa maison où sa mère dépérit. Elle est têtue et mériterai quelques leçons de sympathie de temps à autre. Du coté d’Oliver on a donc un jeune garçon assez mystérieux qui jadis, s’est moqué d’Alice. Pourtant à présent, il à l’air inoffensif quoiqu’un peu pédant. Il ne parle pas beaucoup et il est difficile de lui faire confiance car il confie des informations au compte goutte…

Voici donc pour le principal. Le reste, il vaut mieux l’apprendre dans le roman, c’est tout de même plus sympathique. De mon coté j’ai vraiment apprécié ma lecture, mais sans en être folle non plus. J’ai aimé les différents espaces, la lecture fut fluide et tranquille. Presque trop je pense. Il m’a manqué davantage de suspens, car celui ci n’est pas vraiment entretenu. Je pense que certaines longueurs sont également la source de ma lecture appréciable mais pas au delà. Et surement le fait que je ne m’attendais pas du tout à une aventure de ce genre.

En résumé ce fut une lecture qui ne m’a pas déplu, mais qui ne me marquera pas dans le temps. Le rythme est trop lent pour cela. Mais le fond est beau et emprunt de magie. J’aurais tout de même raté quelque chose de ne pas l’avoir lu !

kinou content 2

Publicités

Une réflexion sur “Au pays de l’ailleurs

  1. Pingback: Bilan Octobre 2016 | refuge littéraire

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s